• Forest-and-sawmill-007_carousel.jpg

Impact environnemental

Pour pouvoir tenir compte des problèmes environnementaux dans les spécifications relatives aux matériaux et à la conception de bâtiments écologiques, il est nécessaire d'avoir recours à une approche scientifique fondée sur l'analyse du cycle de vie (ACV). L'ACV implique le recueil et l'examen de données quantitatives sur tous les intrants et les extrants des flux de matériaux, d’énergie et de déchets associés à un produit déterminé tout au long de son cycle de vie, afin de pouvoir déterminer les impacts environnementaux connexes. L'ACV s’applique de manière universelle à tous les secteurs de la production de matériaux, pour pouvoir réaliser des comparaisons objectives et empiriques de leur véritable impact environnemental. De plus, l'ACV est un outil qui permet à l’industrie de repérer les meilleures façons de réduire ces impacts environnementaux, en veillant à ce que les efforts déployés pour réduire un impact déterminé ne donnent pas lieu à une détérioration environnementale dans d'autres domaines.

L'AHEC travaille depuis 2010 avec les consultants en durabilité de Thinkstep (anciennement PE International) pour recueillir et diffuser des informations sur les incidences environnementales sur tout le cycle de vie des bois feuillus américains, en accord avec les normes internationales en matière d’empreinte carbone et d'ACV. La première phase de la recherche a consisté en la publication d'un rapport de conformité à l'ISO sur l'ACV des bois feuillus américains bruts de sciages, séchés au séchoir. En s'appuyant sur ce travail, l'AHEC peut désormais modéliser l’impact environnemental global de la distribution de bois de sciage et de placage issus de feuillus américains, dans n'importe quel marché du monde.

Les données de l'ACV peuvent être personnalisées pour chacune des 19 essences de bois feuillus américains qui, ensemble, représentent plus de 95 % de la production totale de ce type de bois. Ces données sont consignées dans les Profils environnementaux des bois feuillus américains (AHEP), que les membres de l’AHEC peuvent joindre à chaque lot de bois feuillus exporté. Désormais, les informations associées aux ACV sont systématiquement recueillies, analysées et consignées dans le cadre des projets spéciaux et des études de cas de l’AHEC.

Les données recueillies et l’expérience acquise au fil de ces projets et études de cas confirment que les bois feuillus américains n'ont qu'un faible impact sur l’environnement, depuis le point d’extraction jusqu’à leur élimination définitive. L’extraction et la transformation des bois feuillus américains en vue d'un large éventail d’applications requièrent bien moins d’énergie que la plupart des autres matériaux. D'après l'ACV réalisée par Thinkstep, au moins 90 % de l’énergie thermique nécessaire pour produire du bois scié américain séché au séchoir est dérivé de la biomasse. La teneur en carbone des bois feuillus américains une fois arrivés à leur destination, dans n’importe quel pays du monde, dépasse presque toujours le niveau des émissions de carbone associées à leur extraction, leur traitement et leur transport.
 
Par ailleurs, les bois feuillus américains s'adaptent particulièrement bien à la nouvelle tendance au biomimétisme, qui implique le remaniement des systèmes industriels en s'inspirant du vivant et permet la réutilisation constante des matériaux en cycles fermés continus. Non ternis par d’autres matériaux ou par des produits chimiques, les bois feuillus américains sont facilement réutilisables et recyclables à la fin de la vie utile d’un produit. Les composants des bois feuillus américains qui doivent être éliminés sont biodégradables et non toxiques. En outre, ils peuvent être incinérés en toute sécurité et fournir ainsi une source d’énergie neutre en carbone.

Le travail de l’AHEC sur l'ACV indique que, même si les créateurs peuvent déjà réduire les impacts environnementaux en portant simplement leur choix sur les bois feuillus américains, ce n'est pas là le seul facteur qui entre en ligne de compte pour tirer le meilleur parti des avantages environnementaux de ces matériaux. Cela dépend aussi d’autres choix et d'autres pratiques, comme la gestion de l’efficience énergétique et du matériau, et la durabilité du produit. Les fournisseurs et consommateurs de bois feuillus américains ont également la responsabilité collective de faire un meilleur usage de toute la gamme d'essences de feuillus et de qualités obtenues des forêts des États-Unis. Le fait de trop privilégier les meilleures qualités de quelques essences populaires de bois feuillus, comme le chêne et le noyer, accroît la pression sur une partie des ressources et encourage le gaspillage.